Cameroun

Résumé : 

La ville de Makénéné souffre d’un manque d’eau potable. Aujourd’hui, l’eau est puisée dans des puits de faible profondeur et l’eau puisée est polluée entrainant de nombreuses maladies. TPSF et ses partenaires, l’ONG locale Dypamak, souhaitent réaliser un système d’adduction à partir de forages et de bornes fontaines. Le projet est en phase d’analyse et d’études techniques. Un ancien forage non fonctionnel a été remis en état par soufflage d’air et pourrait constituer un premier élément fonctionnel du dispositif.

Contexte : 

L’accès à l’eau potable et à l’assainissement représente un combat quotidien pour la vingtaine de milliers de citadins qui peuplent la commune rurale de Makénéné. Ville agricole et commerciale située dans le département du MBAM – et – INOUBOU (région du centre du Cameroun), la plupart des ménages de cette commune ont recours aux méthodes traditionnelles pour leur approvisionnement en eau et à l’assainissement autonome et pour l’évacuation des excrétas. Malgré le fait que le droit à l’eau ait été assimilé au niveau international à un droit de l’homme (ONU 2010), la grande majorité de la population est dépourvue d’eau potable et de systèmes d’assainissement adéquats, ce qui constitue des menaces importantes pour leur vie et leur santé.

Pour mieux connaitre la ville de MAKENENE :

https://cartecommunale.cm/web/arrondissement/63/siteWeb

Conscient de la difficulté à laquelle la population fait face, l’Etat Camerounais, dans le cadre de la loi de la décentralisation, notamment celle de décembre 2019, a donné la compétence aux communes pour organiser et gérer les services de l’eau et de l’assainissement. Notre projet se situe résolument dans ce cadre afin d’assurer sur le territoire de la commune de Makénéné, la production et la distribution pérenne de l’eau potable pour tous-tes les habitants-tes de la ville dans un cadre hygiénique et sécuritaire.

Objectifs du Projet et résultats attendus :

L’objectif global de ce projet est d’assurer durablement l’accès à l’eau potable en vue d’améliorer le bien-être, la santé et le développement économique et social des populations de la ville de Makénéné.

D’une manière spécifique, le projet vise à :

  • Réhabiliter le forage et le réservoir (château d’eau) de la mission catholique afin d’alimenter en eau deux quartiers de la ville d’environ 2000 personnes en réutilisant des installations déjà existantes.
  • Installer deux ou trois nouveaux forages (à déterminer) et construire deux nouveaux réservoirs (châteaux d’eau) d’une capacité totale de 300m3.
  • Construire le réseau de distribution d’eau pour alimenter les 17 000 habitants-es de la ville.
  • Mobiliser les populations de Makénéné dans toutes leurs diversités en vue d’une participation citoyenne active, intégrée, engagée et responsable dans les processus de gestion de production et de distribution de l’eau potable et dans la mise en place d’un système d’assainissement hygiénique.
  • Faciliter la création et l’organisation des Associations d’Usagers-ères de l’Eau (AUE) et d’un Comité Central de Gestion de l’Eau et de l’assainissement hygiénique avec la participation effective des populations et notamment la population féminine, de Makénéné.
  • Accompagner le transfert des compétences eau et assainissement vers la mairie dans le cadre de la politique de décentralisation par des formations professionnelles ciblées et une organisation prévisionnelle des services pertinente en fonction des possibilités locales.

Le projet sera découpé en différentes phases. Tout d’abord un projet pilote sera réalisé afin d’avoir une première approche sur une plus petite échelle. Nous voulons évaluer les erreurs éventuellement commises, nous assurer de la maîtrise des techniques utilisées par nos partenaires et les entreprises choisies et ainsi nous assurer que ce projet d’ensemble pourra être mené à terme avec une
pérennisation des installations par une équipe compétente et formée. Nous avons choisi de remettre le forage existant en fonctionnement car son emplacement permet d’alimenter 2 bornes fontaines publiques, deux centres médicaux, une école, la mairie, la police, la gendarmerie et la sous-préfecture ce qui équivaut à une jauge d’environ 2000 habitants mais certainement plus compte tenu de l’appel que l’existence d’une eau potable fera dans la population. Néanmoins, son débit étant limité tous et toutes ne pourront être desservis et la phase 2 devra être enclenchée rapidement.

Cela passe par le renforcement des capacités existantes par la réhabilitation d’un forage tombé en désuétude et par la création de nouvelles sources d’accès : création de 3 ou 4 nouveaux forages et installation de réservoirs et de bornes fontaine dans l’ensemble des quartiers de la commune. 

Par la suite, au cours des phases suivantes du projet, nous souhaitons réaliser des études sur l’hygiène et l’assainissement et sur l’impact environnemental afin de garantir au mieux la santé des populations concernées mais aussi de protéger au
mieux l’environnement de ce territoire. Ce pourra être l’objet d’un projet d’assainissement complémentaire au projet d’adduction à l’eau potable si nécessaire et si finançable. La création de nouvelles fontaines sera fait durant ces phases afin de compléter le réseau de distribution d’eau. 

Principaux partenaires de la société civile locale impliqués :

L’association à caractère humanitaire et social locale Dypamak, un partenaire professionnel spécialiste de l’Eau : Bias Albert, Ingénieur local (polytechnique) spécialiste des problématiques de l’eau.

Notre partenaire DYPAMAK 

Pour la formation professionnelle et le soutien au projet : l’Institut Universitaire de la Côte Douala (IUC) et le Lycée professionnel de Makénéné (chantiers-école).

Autres partenariats prévus (institutions publiques ou privées) :

En France : TPSF, Aquassistance (convention en cours), le Centre d’Etudes et de Recherches du Développement International de Clermont-Ferrand (CERDI) et le CFC Egletons pour la formation professionnelle.

Au Cameroun : L’Université de Dschang pour la participation citoyenne et son expérience, la Mairie de Makénéné, la Préfecture de Makénéné, les services locaux des Ministères chargés de l’eau et de l’assainissement, Camwater et des partenaires Santé : dispensaires publics et privés de Makénéné et le laboratoire d’analyse de l’eau de Yaoundé.

En mars 2021, l’agglomération de Vichy a signé une coopération décentralisée avec la ville de Makénéné pour mener à bien la première phase du projet. Les deux agglomérations travailleront main dans la main sur la première phase de ce projet : la remise en état d’un forage existant, la réhabilitation d’un réservoir et la mise en place d’un réseau de distribution et de bornes fontaines dans le centre de Makénéné.

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Newsletter